top of page

LES PÊCHEURS DE PERLES
Théâtre des Champs-Élysées, Paris
March 4 | 2024

"Le plus remarquable de cette soirée fut la direction enfiévrée, brûlante, de Lorenzo Passerini qui déploie tous les fastes de cette partition dont il semble vivre intensément chaque note. La masse orchestrale est brillante, volumineuse sans jamais être écrasante. Il donne chaque départ, souligne chaque inflexion des chœurs et cisèle une interprétation qui met en avant les pupitres, singulièrement les bois. Parfaitement suivi et servi par l’Orchestre de chambre de Paris qui atteint de sommets d’expressivité que ce soit dans l’expression de la peur, de l’horreur ou dans l’intime et les affects qui lient les trois protagonistes principaux. […] La salle, comble, a réservé un très gros succès à cette production et a particulièrement - et à très juste titre - salué le travail du maestro Passerini et de l’Orchestre de chambre de Paris."

 

Jean Luc | 09.03.2024 

 

http://operaphile.over-blog.com/2024/03/4-mars-2024-les-pecheurs-de-perles-bizet-au-theatre-des-champs-elysees.html

"Les projecteurs du TCE sont tout d’abord dirigés sur l’Orchestre de chambre de Paris qui met toute son expertise au service de la riche partition du compositeur français. Les différents pupitres sont remarqués et très applaudis en fin de soirée. Les instrumentistes évoluent sous la direction agitée de Lorenzo Passerini faisant cependant se déployer les phrases dans des courbes expressives parsemées d'un éloquent rubato (souplesse rythmique)."

 

Frédérique Epin | 07.03.2024

https://www.olyrix.com/articles/production/7424/les-pecheurs-de-perles-georges-bizet-lorenzo-passerini-sandra-hamaoui-jonah-hoskins-joshua-hopkins-matthieu-lecroart-orchestre-chambre-paris-choeur-rouen-frederic-pineau-theatre-des-champs-elysees-4-mars-2024-article-critique-compte-rendu-opera

"La très belle surprise vient du chef italien Lorenzo Passerini. Il ne ménage pas ses efforts pour dynamiser son instrument, l’Orchestre de chambre de Paris qui n’est pas pléthorique et ne constitue pas une formation lyrique. Sa direction intense et précise insuffle tout au long de l’ouvrage l’énergie nécessaire à l’orchestre toujours très impliqué. Elle restitue bien l’alternance de la puissance lyrique, notamment dans cette « Nuit d’effroi » à l’Acte II, et de l’introspection anxieuse de Nadir ou de Leïla, notamment dans leurs soliloques respectifs."

 

Marc Portehaut | 05.03.2024 

https://www.classiquenews.com/critique-opera-en-version-de-concert-paris-theatre-des-champs-elysees-le-4-mars-2024-s-hamaoui-j-hoskins-j-hopkins-orchestre-de-chambre-de-paris-lorenzo-passerini-direction/

Ancora 1
bottom of page